A la une | International

Crash MH17: Le site du Bureau néerlandais pour la sécurité cible d’une cyberattaque

L’attaque avait pour objectif d’accéder à des informations confidentielles au sujet de l’enquête menée actuellement par l’OVV pour l’identification des auteurs du crash, qui a fait 298 personnes, dont un tiers étaient des Néerlandais, souligne la presse néerlandaise.

Les autorités néerlandaises soupçonnent l’équipe russe connue sous le nom « Operation Pawn Storm ».

L’OVV avait publié la semaine dernière son rapport définitif sur les circonstances du drame, en affirmant qu’un missile BUK a été à l’origine de l’accident. Le rapport n’a toutefois pas désigné les présumés responsables du drame. Cette mission a été confiée à une équipe internationale d’experts, sous la coordination du parquet néerlandais.

Le chef de l’OVV qui s’est dit cependant « sûr » que les auteurs et les commanditaires seront identifiés, a indiqué que Moscou fait tout son possible pour discréditer le rapport publié mardi aux Pays-Bas.

Dans une contre-offensive, les Russes avaient rejeté les conclusions de l’équipe internationale d’enquête estimant, que le missile a été tiré depuis un territoire qui était à l’époque disputé entre les rebelles et l’armée ukrainienne.

Les occidentaux accusent la Russie d’avoir fourni aux rebelles le missile qui aurait pu servir à abattre l’appareil, ce que ces derniers et Moscou démentent, pointant du doigt les forces ukrainiennes.

Le Boeing de Malaysia Airlines assurant la liaison Amsterdam-Kuala Lumpur avait explosé en vol le 17 juillet.(MAP).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *